Association Francophone des Experts et Scientifiques du Tourisme
Accueil > Actualités > Le futur vu de Vixouze

Le futur vu de Vixouze

publié le dimanche 29 mai 2016, par Horetol

Compte rendu de la manifestation des 19 et 20 mai 2016 " les entretiens de Vixouze. Forum international sur le tourisme du futur "

Faire de la prospective, ce n’est pas facile, surtout à l’horizon de 2050, mais, avec une assemblée composée de « pointures », l’avenir commence à prendre forme.

La science fiction impose la préfiguration détaillée d’une situation à venir, fondée sur une intuition imaginative, l’imagination humaine ayant toujours une forte avance sur les faits constatés (Marco Diani). A l’inverse, la prospective « sérieuse » propose peu de scénarii précis, mais elle fournit des données de cadrage dûment étayées sur des évolutions identifiables, des données de cadrage à partir desquelles on peut exercer nos marges de manœuvre. Où va donc le tourisme, cette « industrie de la curiosité » (Chr. Mantéi) ?

L’Environnement

Dans un monde où l’accès à l’eau, à l’énergie et à la nourriture sera crucial (P. Desai), il devient urgent de suivre l’exemple de San Francisco et de son objectif de Zéro Déchet (O. Dehoorne).
Sur ce thème, le tourisme joue sa partition singulière : une improbable mais réelle biodiversité est en train de naître sur les terrains des aéroports français, sur une surface égale à 5 fois celle de Paris (L. Guérin), tandis que le Village Nature, qui va ouvrir près de Disneyland, verra son énergie provenir entièrement de la géothermie (D. Coquet) et que nos routes produiront de l’énergie, via le système Wattway (Chr. Liénard).

La société

L’absence de vacances pour de nombreux jeunes défavorisés devient préoccupante : certains n’ont plus que la Syrie comme destination de voyage (B. Darniche).
La multiplication des outils de communication a paradoxalement élevé le niveau d’incommunication, rendant le face à face plus nécessaire que jamais, dans un monde où les identités deviennent haineuses (D. Wolton).
La stabilité politique est nécessaire à l’épanouissement du tourisme (J. Viard) et l’instance politique est incontournable pour toute vision stratégique du tourisme. De nouveaux marchés touristiques vont se développer : des visités vont devenir des visiteurs, comme en Tunisie où s’ouvre le marché indien (A. Hamam). Un signal pour le droit au voyage symétrique, un moyen d’apaiser les tensions entre voyageurs et locaux. (J. Viard).
Autre interrogation importante, le salaire universel va-t-il tuer le tourisme, la vacance, puisque qu’il remet en cause le paradigme même du travail (C. Berger)

Les infrastructures

Les smart cities auront aussi des préoccupations touristiques, 75% des habitants de la planète seront citadins en 2050. En réinventant la ville on peut aussi réinventer l’hébergement, et certaines villes deviendront hôtel (P.Y Chaix).

La santé

Le système de santé, devenu trop coûteux (+ 3% /an), doit basculer vers les 3 P : prédictive, préventive et personnalisée (Pr Chazal) ; le tourisme de santé est à réinventer (G. André).

La technologie

On est entré dans le monde de la télécommande. Le numérique est en train de déstructurer toute la chaîne de valeur et nous impose de repenser le revenue sharing ; mais il peut aussi optimiser les métiers et contribuer à l’hypercustomization d’une offre devenue obèse (Chr. Delom), pour ajouter de la valeur-service aux produits (J.P. Gold) ou pour faire émerger des offres enfouies, telles celles de La Fourchette (B. Jellensperger).
Aujourd’hui, nous sommes déjà profilés dans les seringues d’algorithmes de Google (L. Chrétien), les algorithmes cognitifs du deep-learning.
Les robots se multiplient, de plus en plus autonomes, et ils seront partout en tourisme ; on se demande s’ils prendront l’avion comme passager ou comme bagage, et s’il faut leur accorder une personnalité juridique (A. Bensoussan).

La culture

P. Maurois, avec la musique classique et les musées, a choisi la culture comme moyen de sortir de la crise du NPC (C. Berger). Dans ce domaine, le touriste peut jouer un rôle crucial pour réinventer les lieux, en même temps qu’il y construit sa propre identité (M. Diani). Le numérique est souvent un castrateur des émotions et plaisirs que peut procurer le voyage culturel : il importera de recréer, avec les nouveaux métiers de la médiation, les résistances grâce auxquelles la construction de soi et le ressenti du génie du lieu resteront à portée du visiteur (C. Origet). L’avenir du tourisme culturel est dans la synesthésie, l’expérimentation par tous nos sens. (V. Vesque-Jeancard)

La suite

Ce seront, bien sûr les voyages dans la stratosphère (M.Lopez-Alegria).
C’est aussi, pour la France, un potentiel d’1 M d’emplois supplémentaires, notamment avec un développement du phénomène « capitale culturelle », 500 000 étudiants étrangers et une politique de la mer (O. Poivre d’Arvor).

Nous y étions ! Claude Origet du Cluzeau et Sophie Lacour
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 contact : webmestre AT afest.org